Home / Conseil communal / Interpellation – « Au sujet de l’APEMS du Nord: une alternative pour tous au réfectoire d’autrefois? »

Interpellation – « Au sujet de l’APEMS du Nord: une alternative pour tous au réfectoire d’autrefois? »

Patricia Zurcher, 19 janvier 2012

Historique:

Jusqu’au mois de décembre 2010, les enfants du Nord de la Ville fréquentant les établissements scolaires des Pépinières, de Verdeaux et du 24-Janvier pouvaient prendre leur repas de midi au réfectoire situé dans la salle de paroisse du Temple de Renens-Village. Celuici les accueillait de 12h00 à 13h20 et leur proposait un repas et un encadrement assuré par des adultes bénévoles, le tout pour une somme allant de CHF 5.- à CHF 9.50 et calculée en fonction du salaire des parents.

Or depuis le mois de janvier 2011, suivant son désir de faciliter la vie des familles dont les deux parents travaillent, la Ville de Renens a décidé de remplacer ce réfectoire par une nouvelle APEMS (structure d’Accueil Pour Enfants en Milieu Scolaire) située dans le même quartier et destinée aux mêmes enfants.

Cette nouvelle structure d’accueil présente, certes, des avantages incontestables : en effet, celle-ci peut accueillir les enfants avant l’école, dès 7h00, puis à midi pour le repas, et enfin après l’école, pour le goûter et un moment de détente en attendant le retour des parents.

Cependant, pour pouvoir bénéficier du soutien financier accordé par le canton aux APEMS, cette structure doit respecter un certain nombre de conditions (nombre de mètres carrés minimal en fonction du nombre d’enfants accueillis, éducatrices diplômées, etc.). Et ces exigences se font clairement sentir, hélas, sur le prix des prestations proposées.

Malheureusement, cette augmentation du prix de la prise en charge à midi (repas + encadrement professionnel) a surpris bon nombre de parents dont les enfants fréquentaient jusque alors le réfectoire, au point de faire naître une véritable grogne chez certains d’entre eux, voire de les faire renoncer à cette prestation pourtant bien précieuse pour ceux qui n’avaient pas d’autre solution de garde.

C’est la raison pour laquelle nous souhaiterions en savoir un peu plus sur la population qui fréquentait jadis le réfectoire et sur celle qui fréquente aujourd’hui l’APEMS.

Un nouveau tarif pour un nouvel encadrement :

Si le nouveau barème proposé par l’APEMS s’avère tout à fait abordable pour une famille à bas salaire, ce qui constitue un bon point pour la Ville, plus on grimpe dans l’échelle des salaires, plus la facture finale paraît surprenante, voire déconnectée de toute réalité lorsqu’on atteint le fameux plafond !

A titre d’exemple, prenons le cas d’une famille X dont le revenu global atteindrait tout juste le plafond de ce barème, soit le fameux « revenu maximum » fixé à CHF 11’750.- par mois, et voyons quelles répercussions concrètes aurait ce changement de structure d’accueil sur le coût des repas de midi de ses enfants.

Jusqu’en décembre 2010, cette famille payait au réfectoire CHF 9.50 par accueil de midi (repas + encadrement) et par enfant. Le fait de faire manger ses deux enfants au réfectoire lui revenait donc à CHF 19.- en tout et pour tout.

Or, si elle inscrivait aujourd’hui ces deux mêmes enfants à l’APEMS pour l’accueil de midi, elle paierait désormais CHF 24.- par enfant, compte tenu du fait qu’à partir du 2ème enfant inscrit, les familles ont droit à une réduction de 20% sur les frais d’encadrement pour le 2ème enfant et les suivants !

En clair, si la famille X pouvait autrefois faire manger ses deux enfants au réfectoire pour la somme de CHF 19.- par midi, ce même accueil pour deux lui reviendrait désormais à CHF 48.- !! L’augmentation représente donc plus de deux fois et demi la somme facturée autrefois, et cela, entre autres, parce que le suivi des enfants est désormais assuré par des éducatrices diplômées, ce qui fait exploser la facture de l’encadrement, alors que le prix du repas, lui, a été fixé à un montant forfaitaire de CHF 7.- pour tout le monde.

Même si le revenu de la famille X est tout à fait confortable, et même si cette famille adhère pleinement au principe de solidarité qui veut que les plus riches paient une partie de la facture des familles moins bien loties qu’elle, leur demander CHF 48.- pour offrir un repas et une demi-heure de jeux à leurs deux enfants paraît tout de même exagéré, voire franchement rédhibitoire si celle-ci a besoin d’un tel encadrement deux ou trois fois par semaine !

L’APEMS et les éducatrices diplômées : un réel besoin pour les repas de midi ?

Si un encadrement tel que peut l’offrir une APEMS se justifie pour les plus jeunes élèves et pour un accueil tout au long de la journée, on est en droit de se demander si pour les plus grands (3ème – 6 ème), un encadrement par des bénévoles tel qu’il était pratiqué par le réfectoire jusqu’à fin 2010 ne serait pas suffisant et plus adapté pour le repas de midi.

En effet, un tel encadrement permettrait à tous les parents, quel que soit leur revenu, d’assurer à leurs enfants un repas chaud à midi et un moment convivial à un prix abordable.

La question qui semble donc se poser est la suivante :

  • N’y a-t-il pas deux besoins différents au sein de la population habitant le Nord de notre ville ?
  • Et ne faudrait-il pas, du coup, imaginer deux réponses distinctes à ces deux types de besoins, en faisant cohabiter deux structures aux offres différentes?

C’est afin de pouvoir y voir plus clair dans ce dossier que nous souhaiterions obtenir des réponses de la part du service responsable de ces structures aux questions suivantes :

  1. Sait-on combien d’enfants fréquentaient le réfectoire en 2010 ? Et sait-on combien d’enfants fréquentent actuellement l’APEMS du Nord?
  2. Serait-il possible de savoir combien de familles ne demandent que l’accueil de midi et combien d’entre elles demandent un accueil plus étendu ?
  3. Le service responsable possède-t-il des informations permettant de se faire une idée précise de la répartition des différentes classes de revenus présentes dans la population inscrite au réfectoire en 2010, ainsi que dans la population qui fréquente actuellement l’APEMS du Nord ?

4) Serait-il possible de savoir quel pourcentage des familles inscrites au réfectoire en 2010 a continué à demander ce même service, soit uniquement le repas de midi, au moment de l’ouverture de l’APEMS ?

– Quel pourcentage a décidé de renoncer à cette prestation et n’a pas réinscrit ses enfants à l’APEMS ?

– Et quel pourcentage a décidé, au contraire, d’élargir sa demande et d’inscrire également ses enfants à l’accueil du             matin (7h00-9h00) et/ou à l’accueil de l’après-midi (15h00 – 18 h 30) ?

5) Une enquête de satisfaction a-t-elle été menée par le service auprès des familles fréquentant l’APEMS depuis son ouverture ?

6) Et si non, la conduite d’une telle enquête est-elle envisagée ou envisageable ?

7) Serait-il envisageable de revoir le barème fixant le prix des prestations en fonction du revenu de manière à ce que l’on reste dans des prix qui soient en rapport avec les services proposés?