Home / Conseil communal / Interpellations / Interpellation « Le M1 est-il sur une voie de garage ou en panne de croissance pour s’adapter à son futur ? »

Interpellation « Le M1 est-il sur une voie de garage ou en panne de croissance pour s’adapter à son futur ? »

François Delaquis, conseiller communal
Lors de la première année de son exploitation, en 1991, le TSOL, aujourd’hui appelé M1, transportait 7,4 millions de passagers, soit un nombre plus élevé que ce que les planifications les plus optimistes de l’époque imaginaient. L’année dernière, il a transporté 12,8 millions de passagers, soit 73% de plus qu’à ses débuts, et cela sur une infrastructure ferroviaire qui n’a presque pas évolué depuis le début de l’exploitation».
À l’origine de ce succès, plusieurs facteurs comme l’augmentation de la population des communes et quartiers traversés par le métro, l’augmentation impressionnante des étudiants de l’Unil et de l’EPFL qui ont plus que doublé depuis vingt-cinq ans ou encore le changement des habitudes pour se déplacer, la voiture étant aujourd’hui souvent délaissée au profit des transports publics.
Afin de ne pas se retrouver dans la même situation que le LEB lui aussi victime de son succès, où les investissements sont arrivés très en retard par rapport au développement régional. Il devient absolument nécessaire d’étudier, repenser et planifier les infrastructures du M1 afin que celles-ci ainsi que son exploitation puisse s’adapter aux besoins de notre population. Le M1 est le fleuve qui irrigue l’Ouest lausannois. Il est en lien direct avec la mer, le réseau CFF.
Le 29 novembre dernier, 13 des 14 députés de l’Ouest lausannois, avec le soutien d’une bonne trentaine d’autres députés, ont déposé au Grand Conseil un postulat (16-POS218 « Pour une extension de l’infrastructure et de l’offre du M1 » demandant au Conseil d’Etat de bien vouloir l’étudier.
Le postulat demande notamment l’augmentation de la capacité de la ligne du M1 à brève échéance par une transformation de l’infrastructure actuelle et de son mode d’exploitation, ainsi qu’une extension de l’exploitation en soirée pour s’adapter aux horaires des trains CFF en gare de Lausanne et Renens ainsi qu’à la ligne M2.
En vue de ce qui précède, je dépose l’interpellation suivante et remercie d’ores et déjà la Municipalité de l’intérêt qu’elle y portera.
–    La Municipalité soutient-elle les objectifs du postulat 16_POS 218 « Pour une extension de l’infrastructure et de l’offre du M1 » déposé le 29 novembre dernier au Grand Conseil ?

–    La Municipalité est-elle prête à appuyer la démarche des députés et à demander au Canton de procéder aux études concernant la mise à niveau du M1 face au développement de l’Ouest lausannois ?