Vocabulaire

Interpellation Demande une explication à la municipalité concernant l’administration
Postulat Incite la municipalité à étudier l’opportunité de prendre une mesure ou de faire une proposition dans un domaine particulier et de dresser un rapport
Motion Intervention visant à faire prendre une décision par le Conseil
Question simple Poser une question directe à la Municipalité lors d’une séance
Résolution Prise de position formelle du Conseil

Nos interventions

Motion pour une adaptation du Règlement du plan d’extension – police des constructions aux nouvelles conditions climatiques et énergétiques

François Delaquis, conseiller communal

Dans une perspective de changement climatique et pour limiter les effets de l’ilot de chaleur urbain, la nature en ville est une des solutions intéressantes à promouvoir en milieu urbain, surtout lorsque celui-ci se densifie comme, actuellement. Cette nouvelle dimension à prendre en compte dans l’aménagement de notre espace et de notre habitat, ainsi que la prise en compte de nouveaux matériaux, nécessitent un réexamen de notre réglementation communale en matière de construction afin d’être en adéquation avec les besoins d’aujourd’hui et les problématiques du futur.
Notre règlement du plan d’extension date de 1946 et, malgré quelques adaptations dans les années 80, il reflète une période où l’on ne parlait pas de réchauffement climatique et où les énergies fossiles étaient utilisées sans modération.
Ainsi, dans notre règlement actuel il n’est pas fait référence aux nouveaux matériaux de construction qui ne reflètent pas la chaleur,  les toits plats sont bannis donc difficiles à les végétaliser, il n’est rien dit sur l’aménagement des surfaces vertes qui captent les eaux du sol, ni sur le choix des espèces d’arbres, qui par leur évapotranspiration rafraîchissent l’atmosphère en particulier la nuit, ni sur l’aménagement de points d’eau comme cela fait notamment en pleine ville de Sion.
Ainsi, nous demandons qu’une étude soit faite, pour prendre les problèmes liés aux ilots de chaleur en ville dans son ensemble et, que le Règlement du plan d’extension – police des constructions et autre(s) règlement(s) soi(en)t adapté(s)  en conséquence.

Interpellation relative à la réalisation concrète des mesures contenues dans la charte du 6 septembre 2016 pour l’égalité salariale dans le secteur public

François Delaquis, conseiller communal

En préambule,  je tiens à féliciter chaleureusement la Municipalité pour  se trouver dans les villes pionnières à avoir signé cette charte qui invite le secteur public à utiliser ses compétences et ses partenariats en faveur de l’égalité salariale.

Au-delà de l’invitation à utiliser le langage épicène, qui revêt une symbolique importante, mais ne compense pas les inégalités salariales, je souhaiterai connaître quelles sont les mesures concrètes qui seront prises pour respecter les engagements pris dans la charte à savoir :
–    Quelle(s) méthode(s) ou standard la Municipalité envisage-t-elle d’utiliser pour le respect de l’égalité au sein de l’administration et envisage-t-elle d’être certifiée ?

–    Quelles sont les démarches qui seront entreprises par la Municipalité pour encourager ce type d’analyse et faire respecter ce principe d’égalité salariale  dans le cadre des marchés publics dans les entités telles que les Associations intercommunales, ententes intercommunales dont Renens fait partie ainsi que pour les associations qu’elles subventionnent où les entreprises dont Renens est actionnaire ?

–    Dans le cadre des marchés publics, quels sont les mécanismes de contrôle, préconisés par la charte qui seront mis en place ?

Je remercie d’ores et déjà la Municipalité de l’attention qu’elle portera à cette interpellation.

Renens, le 13 octobre 2016

Interpellation « Le M1 est-il sur une voie de garage ou en panne de croissance pour s’adapter à son futur ? »

François Delaquis, conseiller communal
Lors de la première année de son exploitation, en 1991, le TSOL, aujourd’hui appelé M1, transportait 7,4 millions de passagers, soit un nombre plus élevé que ce que les planifications les plus optimistes de l’époque imaginaient. L’année dernière, il a transporté 12,8 millions de passagers, soit 73% de plus qu’à ses débuts, et cela sur une infrastructure ferroviaire qui n’a presque pas évolué depuis le début de l’exploitation».
À l’origine de ce succès, plusieurs facteurs comme l’augmentation de la population des communes et quartiers traversés par le métro, l’augmentation impressionnante des étudiants de l’Unil et de l’EPFL qui ont plus que doublé depuis vingt-cinq ans ou encore le changement des habitudes pour se déplacer, la voiture étant aujourd’hui souvent délaissée au profit des transports publics.
Afin de ne pas se retrouver dans la même situation que le LEB lui aussi victime de son succès, où les investissements sont arrivés très en retard par rapport au développement régional. Il devient absolument nécessaire d’étudier, repenser et planifier les infrastructures du M1 afin que celles-ci ainsi que son exploitation puisse s’adapter aux besoins de notre population. Le M1 est le fleuve qui irrigue l’Ouest lausannois. Il est en lien direct avec la mer, le réseau CFF.
Le 29 novembre dernier, 13 des 14 députés de l’Ouest lausannois, avec le soutien d’une bonne trentaine d’autres députés, ont déposé au Grand Conseil un postulat (16-POS218 « Pour une extension de l’infrastructure et de l’offre du M1 » demandant au Conseil d’Etat de bien vouloir l’étudier.
Le postulat demande notamment l’augmentation de la capacité de la ligne du M1 à brève échéance par une transformation de l’infrastructure actuelle et de son mode d’exploitation, ainsi qu’une extension de l’exploitation en soirée pour s’adapter aux horaires des trains CFF en gare de Lausanne et Renens ainsi qu’à la ligne M2.
En vue de ce qui précède, je dépose l’interpellation suivante et remercie d’ores et déjà la Municipalité de l’intérêt qu’elle y portera.
–    La Municipalité soutient-elle les objectifs du postulat 16_POS 218 « Pour une extension de l’infrastructure et de l’offre du M1 » déposé le 29 novembre dernier au Grand Conseil ?

–    La Municipalité est-elle prête à appuyer la démarche des députés et à demander au Canton de procéder aux études concernant la mise à niveau du M1 face au développement de l’Ouest lausannois ?

Question sur un postulat – « Agir en faveur du logement existant et des liens entre générations »

Conchita Neet-Sarqueda, conseillère communale

Au nom du groupe socialiste, je souhaite rappeler à la Municipalité que le postulat intitulé « Agir en faveur du logement existant et des liens entre générations », déposé en octobre 2014, a été accepté à l’unanimité et lui a été envoyé pour étude.

L’objectif de ce postulat était d’inviter la Municipalité de Renens à organiser une action en faveur du logement existant et des liens entre générations, afin de permettre à nos aînés de rester plus longtemps à leur domicile.

Cette thématique du logement solidaire reste d’une grande actualité et a d’ailleurs été très récemment abordée au Grand Conseil vaudois.

Notre groupe réaffirme, dès lors, son intérêt pour cette importante question et demande à la Municipalité de bien vouloir traiter sans trop attendre ce postulat afin de nous présenter ses propositions.