Home / Campagnes / La proportionnelle, c’est quoi ?

La proportionnelle, c’est quoi ?

Garantir à tou‐te‐s les citoyen‐ne‐s d’être représenté‐e‐s OUI à la proportionnelle pour + de démocratie

La quasi‐totalité des partis politiques représentés au Grand Conseil se réunissent pour appeler à voter OUI à l’introduction de la proportionnelle dans les communes de plus de 3’000 habitant‐e‐s.

 Cette modification constitutionnelle répond à un constat largement partagé : dans les communes de plus de 3000 habitant‐e‐s, il est illusoire de connaître personnellement tous les candidat‐e‐s comme l’impose le système majoritaire et le quorum fixé à 50% des voix pour être élu‐e‐s empêche toute minorité d’être représentée. Le témoignage des citoyens des communes concernés est révélateur. La situation actuelle qui voit des communes en plein développement démographique organiser l’élection de leur législatif au système majoritaire empêche une part conséquente de la population d’être représentée dans leurs autorités.

L’initiative parlementaire promeut la proportionnelle qui a fait ses preuves : elle garantit aujourd’hui une juste représentation de toute la population dans les législatifs cantonaux et fédéraux, ainsi que des principales communes de notre canton. Elle n’impose nullement l’introduction de partis mais permet simplement à n’importe quel citoyen de présenter une liste et d’être élu sur ses propositions pour la commune. Elle permet tout simplement à une liste qui obtient 30% des voix de disposer de 30% des sièges. De plus, elle permet un meilleur contrôle du travail de l’exécutif par le législatif en permettant à des voix divergentes d’être représentées et favorise également la représentation des femmes.

Les communes concernées par cette votation sont au nombre de 14 : Saint‐Sulpice, Corsier‐sur‐Vevey, Belmont‐sur‐Lausanne, Romanel‐sur‐Lausanne, Cossonay, Savigny, Chavornay, Prangins, Préverenges, Bourg‐en‐Lavaux (nouveau), Saint‐Prex, Echallens, Le Mont‐sur‐Lausanne et Blonay.

Les partis politiques s’engagent dans cette campagne avec une conviction forte mais avec peu de moyens, en misant chacun sur leurs propres publications. Les levées de fonds des adversaires sont d’autant plus regrettables qu’elles relèvent de ressources financières contestables du fait que des communes ont contribué alors qu’elles ne sont pas matériellement touchées par cette votation. L’activisme de certains municipaux et syndics du PLR ne doit pas occulter le fait que cette votation concerne bien le mode d’élection des législatifs communaux et non des exécutifs, une retenue propre à la séparation nécessaire des pouvoirs eût donc été de bon aloi. Alliance du Centre, UDC, Verts, POP et PS partent confiants dans cette campagne.

La proportionnelle